Archive

Tag Archives: Misérabilisme

Sans le conflit, tout est pour le mieux dans le meilleur des mondes

À une époque où le destin de la planète et des espèces repose sur les décisions arbitraires et intéressées de nos institutions financières, politiques et économiques, Le Futuriste Daily News se veut un outil de changement mondial reflétant la richesse et la diversité culturelle de l’ensemble des peuples, sociétés et nations de la terre. Pour tous ceux qui croient fermement que chacun, a droit à un minimum de respect et de décence, à des conditions de vie acceptables dans un monde enfin débarrassé de toutes formes de pollutions autant physiques et matérielles qu’idéologiques, économiques, culturelles, religieuses ou politiques, je vous invite à venir participer activement au changement.

Ignorant la futilité du quotidien, les débats pathétiques et toutes ces diarrhées verbales de tous ces vaticinateurs de tous les tems, nous couvrirons sans relâche les événements et les débats les plus importants et significatifs de notre temps. Nous nous y accrocherons et ne les lâcherons pas tant que nous n’aurons pas obtenu les résultats escomptés : justice et équité pour tous ; la suprématie de l’Être sur les institutions ; nos institutions au service de la population et non le contraire.

Notre mission :

Nous emparer des controverses débats et controverses quotidiennes et les alimenter de façon à générer des réactions de masse susceptibles de provoquer un changement durable.

Écologie et démographie

La démographie humaine est l’une des causes principales des problèmes écologiques et il est temps de regarder la réalité en face.

L’augmentation de la population mondiale est importante. Il aura fallu attendre 1850 pour atteindre 1 milliards d’habitants sur terre. En 1930, en moins de 80 ans, la population mondiale passait de 1 à 2 milliards et ensuite à 6 milliards d’habitants en 2006 pour enfin atteindre les 7 milliards en 2011. À ce rythme, nous serons 9 milliards d’habitants sur la terre en l’an 2050. Dans le même temps, l’empreinte écologique moyenne d’un habitant de la terre, surtout depuis la révolution industrielle, a considérablement augmenté.

On tente actuellement de résoudre l’ensemble de nos problèmes écologiques en faisant la promotion de la réduction de la consommation individuelle d’énergie et du contenu en carbone de l’énergie consommée par habitant. Pour la majorité des tenants de la thèse du développement durable et de la croissance perpétuelle, la décroissance économique et écologique demeurent des pistes de solutions qui ne sauraient être envisageables. Ce que ces écologistes, humanistes et capitalistes en tous genres semblent ignore, c’est que leur approche politique, économique et écologique finira par se heurter au mur des limites de des ressources de la planète et que les crises que nous aurons générées, autant énergétiques, alimentaires que climatiques, résoudront d’elles-mêmes tous les problèmes possibles surpopulation sans que nous ayons à nous en occuper.

Notre approche actuelle des choses de ce monde nous conduit inévitablement et inexorablement vers une décroissance de la population qui surviendra progressivement après l’année 2050. Famines guerres et maladies, les fruits du misérabilisme, d’une pauvreté de plus en plus croissante, omniprésente et généralisée, se chargeront de restaurer l’équilibre entre la nature et l’homme et ce mouvement est déjà enclenché. À l’heure actuelle, 1% de la population vit aux dépens de 99% de la population et partout dans le monde, la révolte gronde. Certains, la chair à canon du capitalisme délirant que nous  connaissons aujourd’hui, se taisent et meurent au combat. D’autres se réfugient dans la prière. D’autres, de toutes origines, de toutes nationalités, de toutes confessions se mobilisent ou prennent les armes. Socialistes-communistes contre capitalistes, chrétiens contre musulmans, islamistes contre tout ce qui bouge, juifs contre palestiniens, pauvres contre riches, nations contre nations, peuples contre peuples, tous les prétextes sont bons pour blâmer son prochain et se réclamer de la vérité.

En vérité, je vous ledit, quelque soit la puissance de l’homme, la nature vaincra toujours sur l’homme et il n’est rien que l’homme puisse y faire. L’histoire va en se répétant et seules les espèces ayant su s’adapter auront survécu aux dinosaures. Que ce soit par leur intelligence des choses, les armes ou autrement, seuls survivront les hommes qui sauront s’adapter aux changements que nous impose notre réalité actuelle.