Archive

Tag Archives: Charia

Fuck you Abdel!

Lors de la proclamation de la «libération» de la Libye le 23 octobre dernier, le président du Conseil national de transition, Moustapha Abdeljalil, affirmait que la charia serait à l’avenir la principale source de la législation en Libye.

Sous le régime de Mouammar Kadhafi, la loi n’interdisait pas la polygamie mais imposait des conditions préalables, notamment le consentement de la première épouse. Interrogé à ce sujet, le premier ministre libyen par intérim, Abdel Rahim al-Kib, visiblement surpris, a d’abord répondu sur le ton de l’humour : «Je ne sais pas si c’est bien l’endroit pour en discuter mais… j’en ai une (femme), ça me suffit. Je n’ai pas l’intention d’en avoir une autre».

«Ne vous inquiétez pas à ce sujet. Ce ne sera pas un problème, je vous le garantis», a-t-il ajouté sans autrement s’expliquer.

Le premier ministre Libyen par intérim Abdel Rahim al-Kib

Les femmes «auront leur place» en Libye, assure le premier ministre libyen par intérim Abdel Rahim al-Kib. « Je crois fermement que les femmes doivent jouer un rôle, il n’y a pas d’autre option. On peut d’ailleurs voir qu’il y a ici des Libyennes très intelligentes. L’une d’entre elles est notre ministre des Affaires sociales. » « Les femmes auront une place en Libye, » d’insister Abdel Rahim al-Kib.

Cher Abdel et vous tous qui lui ressemblez, sachez-le : tout être humain, peu importe son sexe, sa race ou sa couleur a sa place partout sur la planète, peu importe le pays ou la culture où il se trouve. Et personne, nul homme et nul dieu, ne saurait, sans charier, lui dénier ce droit si ce n’est lui-même.

Enfin, j’ose espérer qu’il ne s’agissait là que d’un discours opportuniste sinon, on risquerait de croire qu’il y a, en Lybie comme partout ailleurs dans le monde, des hommes très peu intelligents.

Quel con ! Voir si les femmes ont besoin de sa permission!

Photo: Pius Utomi Ekpei, Archives AFP

NIGÉRIA -Au moins trente personnes ont été tuées lundi le 20 février dernier sur un marché de Maiduguri, dans le nord-est du Nigeria, lorsqu’un commando armé appartenant au groupe islamiste Boko Haram a ouvert le feu et lancé des explosifs dans la foule.

La semaine dernière des commerçants du marché avaient maîtrisé un homme armé membre de Boko Haram et l’avait remis à l’armée. Le 13 février dernier, douze membres de Boko Haram avaient été tués à Maiduguri lors d’une fusillade avec l’armée.

Les islamistes radicaux de Boko Haram veulent restaurer le califat islamique et imposer la charia au Nigeria.