Tags

Le printemps arabe

JMD / http://jmdsystemics.wordpress.com/

Tunisie, Égypte, Libye, Bahreïn, Yémen, Syrie, des milliers de manifestants armés seulement de leur courage et de leurs téléphones intelligents défient les forces de l’ordre et du pouvoir et l’épreuve de force se poursuit. Même là où des dictateurs sont tombés sous la pression de la rue, la révolution est loin d’être terminée.

La dictature se définit ainsi : « Système politique dans lequel un dirigeant, un gouvernement, s’empare de tous les pouvoirs et gouverne en autocrate. Au sens figuré, autoritarisme, emprise tyrannique. » Cette définition, en soi, ne comporte aucune connotation économique ou orientation religieuse que ce soit. Elle n’exclue aucunement quelque régime capitaliste ou colonialiste que ce soit. Qu’elle soit issue du socialisme, du communisme, du judaïsme, de la chrétienté, du capitalisme ou du libéralisme, une dictature demeure  et demeurera toujours une dictature.

Bientôt, ce sera notre tour.

Article relié: Printemps arabe: le baromètre de la démocratie